CommunicationNon classé

Que nous apprend le scénario négaWatt 2022?

Créée en 2001, l’association négaWatt prône la réduction des consommations d’énergie, pour permettre une société plus respectueuse des ressources, de l’environnement, et de l’humain. Cette association analyse les problématiques énergétiques de manière globale, et propose des solutions concrètes. Son objectif est de nourrir les débats autour des questions énergétiques.

Le scénario négawatt 2022 se base sur le trio sobriété-efficacité-renouvelable :

  • Les actions de sobriété individuelles et collectives sont orientées par une priorisation des besoins
  • L’efficacité énergétique accrue induit une baisse des besoins énergétiques
  • La priorité est accordée aux énergies renouvelables, par définition inépuisables, et d’impact environnemental faible.

L’approche est systémique : sont étudiées non seulement la production et consommation d’énergie, mais aussi celles des matières premières.

La réduction de la consommation d’énergie est envisagée sur 4 grands secteurs :

Mobilité – transports : investissements massifs dans les transports en commun, redevances sur le fret routier, augmentation des prix et suppression de la publicité pour l’aérien, fin des véhicules essence/diesel en 2035, réglementations sur l’impact environnemental des véhicules électriques, réduction des vitesses maximales autorisées.

La sobriété doit se traduire par une baisse des kilomètres parcourus, de la vitesse, des tonnages transportés, par le développement du covoiturage, une optimisation des transports de marchandises et un report du routier vers le fluvial et les ferroviaire.

L’efficacité permet une réduction de la consommation.

Bâtiment : mieux financer la rénovation, la rendre systématique, tendre vers le BBC comme norme, former les acteurs.

La sobriété doit se traduire par une priorité affichée au logement collectif, et un dimensionnement plus raisonnable des biens d’équipement.

L’efficacité passe par une rénovation énergétique performante du tout le parc immobilier existant, et des constructions nouvelles BBC, avec des systèmes de chauffage plus performants.

 Industrie et biens de consommation – négaMat : Pour réduire l’impact environnemental des biens de consommation, il faudra : augmenter la durée de vie des équipements, améliorer la réglementation pour des produits éco-conçus et plus durables, améliorer de façon effective le recyclage, inciter à la décarbonation des procédés industriels, réguler la consommation énergétique pour le numérique.

Pour concilier stratégie industrielle et transition écologique, il faudra : anticiper, planifier les transformations, accompagner les secteurs impactés et les sites qui fermeront, accélérer la mise en place de nouvelles filières liées à la transition énergétique, valoriser les gains en empreinte carbone, soutenir le recyclage.

Agriculture – sylviculture – alimentation : La réduction du gaspillage alimentaire, l’évolution de l’alimentation vers moins de protéines animales et associée à une amélioration de la santé humaine, des aides renforcées à l’agriculture biologique, l’amélioration des conditions d’élevage, et une réduction importante des intrants synthèse doivent avoir lieu, en maintenant le niveau de production, avec des usages profondément modifiés.

 Réorienter la production d’énergie

Énergies renouvelables: Toutes les énergies renouvelables : éolien, photovoltaïque, biomasse solide et biogaz, doivent être favorisées. La participation financière des collectivités locales et des citoyens dans les énergies renouvelables doit croître.

Les formations en lien avec les métiers associés doivent être mises en place.

Énergies fossiles et nucléaire: Le recours aux énergies fossiles et nucléaires sera progressivement arrêté, à un rythme dépendant des enjeux énergétiques, de sécurité, et des enjeux économiques et sociaux liés à la filière nucléaire. Cela passe par une mise en place de plans de reconversion professionnelle, et d’une fiscalité sur l’énergie capable de freiner les énergies fossiles et nucléaires.

 Équilibre du réseau électrique: La sécurité du système électrique sera permise grâce à la conversion et au stockage de l’électricité renouvelable, sous forme de gaz, méthane ou hydrogène.

Bilan et impacts :

Une consommation fortement réduite et couverte à 96 % par des énergies renouvelables: En 2050, la consommation d’énergie aura été divisée par 3, tandis que la production d’énergies renouvelables sera multipliée par 3, et que le recours aux énergies fossiles et nucléaires n’existera plus. Dans ces conditions, le scénario négaWatt permet d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

Des matières premières préservées: La baisse globale de la  consommation de matériaux sera permise par la sobriété et l’efficacité. Seul le lithium sera plus exploité.

 Des impacts positifs sur la santé: D’ici à 2050 : nette diminution des émissions de particules fines, augmentation de la pratique du vélo et de la marche à pied, d’où une augmentation de l’activité physique. Entre 2035 et 2050, ce sont plus de 10 000 décès par an qui sont ainsi évités.

Des impacts positifs sur l’économie et l’emploi: En parallèle d’une baisse de la facture énergétique, environ 340 000 emplois supplémentaires peuvent être créés dans le secteur de la rénovation des bâtiments et dans les énergies renouvelables à l’horizon 2030.

Source : synthèse scénario negaWatt 2022

C’est articles devraient vous intéresser
Menu