Communication

Les éoliennes, une «supercherie», selon Stéphane Bern

Quand Stephane Bern attaque à tout va les éoliennes, il utilise sa notoriété et les médias  pour surfer sur une vague polémiste anti-éolienne. Pas étonnant d’ailleurs qu’Eric Zemmour soutienne  sa tribune.

Selon Stéphane Bern, «le diktat éolien qui brasse du vent et ancre dans nos sols un véritable mensonge», «il est grand temps de dénoncer cette supercherie. L’énergie éolienne (…) pollue gravement la nature et détruit le patrimoine naturel et bâti de la France, ces sites remarquables de beauté et ces joyaux architecturaux dont nous sommes collectivement dépositaires».

 

Ancré sans doute dans sa nostalgie de l’époque des rois, époque dépourvue de cette énergie qu’est l’électricité, Stéphane Bern raisonne à très court terme.

S’est il posé la question de ce que serait notre paysage dans un futur relativement proche, avec des bords de mer défigurés par la montée des eaux  et une transformation, jour après jour, des sites verdoyants en paysages du 30° parallèle ?

Sait il qu’une éolienne a une durée de vie courte (25 à 30 ans) sans commune mesure avec les témoignages bâtis de siècles d’histoire, et qu’en fin de vie, le site éolien est rendu à son état originel ?

De quelles compétences dispose-t-il pour remettre en cause les impacts mesurés des éoliennes et juger de leur efficacité ?

Nous ne sommes pas dépositaires seulement de joyaux architecturaux comme le suggère Stéphane Bern.

Nous citoyens, enfants de la république, emprunts de valeurs démocratiques, avons une vue plus globale de ce que nous devons aux générations à venir, qui par ailleurs ne détruira en rien l’héritage que l’on nous a transmis.

Notre président a co-signé, avec bien d’autres élus et responsables de projets citoyens,  une réponse à la tribune de Mr Bern et de son soutien Zemmour. Il est effet indispensable de réagir à toutes ces attaques qui s’appuient sur subjectivité, contre-vérités et mensonges ; les choix doivent s’appuyer sur un débat nourri d’arguments objectivés.

« Quiconque a l’habitude de parler sans savoir s’enfonce chaque fois davantage dans l’abîme de l’ignorance. »

 

C’est articles devraient vous intéresser
Menu